• "Addict"« Addict », Jeanne Ryan, éditions Robert Laffont, collection « R », 21/02/2013

    Résumé de l’éditeur : « Vee, dix-sept ans, est sous l’étroite surveillance de ses parents depuis qu’ils l’ont retrouvée quelques mois auparavant endormie au volant de la voiture familiale, dans le garage, moteur allumé. Elle a beau plaider l’accident et non la tentative de suicide, elle n’a pas le droit de sortir sauf pour jouer son rôle de maquilleuse-costumière dans la production théâtrale du lycée. Un soir, elle décide de relever l’un des défis proposés par « Addict », jeu trash de télé réalité diffusé sur le Net qui promet des cadeaux somptueux contre des paris toujours plus pervers. Mais voilà qu’elle est sélectionnée, à sa grande surprise. Pour se sentir enfin vivante, Vee va alors accepter des défis de plus en plus malsains… Jusqu’à quelle dose d’adrénaline pourra-t-elle survivre ? »

    Vee est une ado comme les autres… Avec ses amours, ses envies, ses déceptions.
    Elle n’a rien d’exceptionnel, elle a ses passe temps, et un garçon qui lui plait.
    Et une amie qui évolue dans la lumiere, pendant que Vee se charge de « rester à sa place ».
    Quand elle se voit sélectionnée pour ce jeu qui lui propose des cadeaux dont elle rêve, sa vie prend un rythme différent.
    Oh, pas pour longtemps, l’espace d’une journée ou deux…
    Tout s’accélère d’un  seul coup, les défis se suivent et ils sont de plus en plus dérangeants…
    Et les cadeaux se font de plus en plus alléchants…
    Ce roman n’est pas une découverte 2013 pour moi.
    Ceci dit je l’ai lu dans la journée en me demandant jusqu’au on pourra emmener cette adolescente sans histoires dans sa propre descente vers le bas et vers la boue…
    Car rien ne simple ni sain dans ce roman.
    Trahir ses principes, ses amis, sa façon de penser…on a l’impression que ceci est le but ultime de ce jeu.
    La publicité ciblé, la connaissance des envies de cette jeune fille, de ces « wish listes » sur les sites marchands, tout est fait pour l’attirer dans la suite qui n’est pas forcement à son gout.
    On s’interroge du coup sur les réseaux sociaux, sur la confidentialité de nos données, sur la fragilité de nos ados.
    A faire lire aux plus de 13 ans, pour réfléchir, pour responsabiliser. Pour qu’ils puissent se dire (peut être) : et tout ça pour un Smartphone et une paire des godasses…
    Un sujet très actuel et un livre addictif (à défaut d’un coup de cœur !).

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    2 commentaires
  • "Belles dans la jungle..."« Belles dans la jungle - Manuel de survie à l'usage des miss en milieu hostile », Libba Bray, éditions Gallimard jeunesse, 14 février 2013.

    Résumé de l’éditeur : « Les candidates du concours Miss Fleur de beauté pensaient faire un super voyage, défiler sur la plage dans de jolies tenues et rivaliser devant les caméras. Sauf que leur avion s'écrase sur une île déserte, les laissant seules avec peu de vivres, et presque pas d'eyeliner. Quand débarquent sur l'île des pirates de téléréalité fort troublants, puis des trafiquants d'armes fort redoutables, les choses se compliquent encore. Et si cette épreuve permettait aux miss de découvrir qui elles sont vraiment ? »

    Quand j’ai reçu ce livre et lu le résumé, je me suis dit qu’enfin une lecture hilarante et légère pointait son bout du nez…
    Des fois ca change, entre la dystopie, fantasy, des problèmes d’ados… (j’adore, mais j’aime la diversité…)
    Bref, les premiers 120 pages m’ont laissé perplexe, entre la dérision, humour (des fois douteux), la volonté de montrer les miss sous leur vrai jour, des passerelles vers le monde plein des pièges et des pubs…
    Un mélange indigeste des clichés et des préjugés…
    Fin prête  d’abandonner ma lecture, je continuais pourtant et j’ai trouvé le rythme.
    Explication : j’ai lu ce roman par extraits… en diagonale, en laissant les chapitres qui polluent (facile, une fois qu’on a compris la construction de ce roman…)
    Une fois le tri fait, je me suis laissé embarquer dans l’histoire avec plaisir, en suivant les miss avec leurs défauts, leurs avantages et leurs cerveaux pas si blonds !!!
    Finalement ce roman m’a bien diverti, m’a fait réfléchir sur certains à priori, m’a fait passer un bon moment.
    La question que je me pose… pourquoi écrire 500 pages qui ne riment à rien, plutôt qu’écrire 300 pages qui se tiennent et qui évitent à lecteur de s’ennuyer ferme ???
    Déjà que la couverture n’est pas top (et c’est un euphémisme), en plus il faut faire le tri dans le texte pour trouver l’âme du roman (qui ne  pas si mauvais en fin de compte…)
    Un avis mitigé, dommage, vu que l’idée était excellente  et la plume de l’auteur légère et divertissante…
    En bref : trop de dérision, tue la dérision…dommage…encore une fois.

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    2 commentaires
  • "La Décision"« La Décision », Isabelle Pandazopoulos, éditions Gallimard jeunesse, collection Scripto, 31 janvier 2013.
    Résumé de l’éditeur : « Un matin, Louise, excellente élève de Terminale S, a un malaise en plein cours de maths. Quelques instants plus tard, elle accouche seule d'un enfant dont elle ne savait rien, qu'elle n'a pas attendu encore moins désiré. Assaillie de questions, Louise, la jeune fille sans histoires croit devenir folle. Pourtant l'évidence est là : ce bébé de 3,3 kg, son fils. Comment l'accepter ? Soutenue par sa famille, ses amis et les professionnels qui l'entourent, Louise va découvrir la vérité et réapprendre à vivre. »

    J’ai reçu ce livre bien avant sa parution.
    Interpellé par le résumé, je l’ai lu de suite et pour la première fois j’ai encaissé le choc de cette lecture, avec son sujet difficile, rare, délicat.
    J’ai recommencé la semaine dernière et je me suis laissé emporter par ce récit, différemment qu’à la première lecture, en connaissant l’issue, en cherchant autre chose…
    Je l’ai relu tout de suite après, en appréciant la délicatesse des propos…
    Louise accouche d’un bébé dont elle n’a pas fait connaissance, elle n’a pas suivi sa grossesse, et pour cause…elle n’en savait rien.
    Elle dit n’avoir jamais eu de relations sexuelles avec  qui que se soit…
    Difficile à comprendre pour son entourage, pour ses parents.
    Au fur et à mesure de cette histoire, Louise prendra sa décision.
    Bonne ou mauvaise.
    Elle affrontera la vérité avec un courage inouï et avec dignité. Une vérité difficile à gérer et une décision difficile à prendre.
    Un texte hors du commun, une adolescence bafouée  et tellement des phrases à citer.
    En voilà une :
    « …Je tourne en rond, je piétine, je bafouille mes répliques avec application en attendant d’y croire. En attendant surtout de retrouver le fil. Parce que je veux savoir, et un jour je saurai, je me le suis promis, c’est ma seule certitude, c’est tout ce qui me reste… »
    Un livre émouvant et juste, qui parle d’un sujet méconnu, le déni de grossesse, et surtout de ce qu’il se passe après…Pas facile à appréhender, pas facile à admettre.
    Et le déni de grossesse n’est pas le seul sujet de ce livre…

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    1 commentaire
  • "2 filles + 3 garçons- les parents..."« 2 filles + 3 garçons - les parents = 10 choses que nous n'aurions pas dû faire », Sarah Mlynowski, éditions Albin Michel, collection « Wiz », février 2013.

    Résumé de l’éditeur : « April, dix-sept ans, et sa meilleure amie Vic, exultent. Elles habiteront ensemble pendant six mois sans adulte pour les surveiller. Par un habile mensonge, April a fait croire à son père obligé de déménager pour son nouveau poste, qu’elle va vivre chez Vic sous la surveillance de sa mère, laquelle se trouve en voyage. Les filles établissent une liste de dix choses interdites et saugrenues. Comme adopter un chat et l’appeler Donut, acheter un jacuzzi, organiser une fête avec plein de monde où tout est permis, peu importe qu’April ait déjà un petit copain. De petits mensonges en quiproquos, d’habiles dissimulations en fous rires alcoolisés, April va apprendre au gré de quelques nuits blanches et de maux de tête au réveil, le vrai prix de l’indépendance, mais sans perdre le sourire. »

    C’est le premier roman de cet auteur qui est tombé entre mes mains (et devant mes yeux !).
    Et alors ?
    Je me suis amusé comme une folle ! J’ai eu du mal au début, à cause des souvenirs d’April qui viennent un peu partout dans le récit, mais une fois que je me suis habitué au style un peu particulier de ce roman, ce fut une recréation sans fin.
    L’ado attardé qui sommeille dans mon cerveau, me disait sans arrêt que l’expérience d’April  est unique, fun, cool et je ne sais pas quoi encore.
    L’adulte qui essaie de refaire surface, me dit que cette idée est complètement folle et qu’aucun adulte-parent ne pourrait se faire avoir de la sorte…
    Quoique…
    April et sa copine sont pleines de ressources et la technologie moderne les aide beaucoup (parents- tremblez !!!).
    Une lecture divertissante, hilarante, mais quand même bien éducative pour éventuels-ados-qui-veulent-vivre-sans-les-parents.
    Un petit grain de folie qui fait du bien, qui fait rire, réfléchir…et passer à autre chose.
    Un bon moment de détente !
    Un autre avis chez « Les carnets de Radicale »

     

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • "Les Variants"« Les Variants », Robison Wells, éditions du Masque, janvier 2013.

     Résume de l’éditeur : « Lorsqu'il intègre la Maxfield Academy, Benson Fisher est plein d'espoir : enfin il va connaître une existence normale et cesser d'être ballotté de foyer en foyer. Mais il va vite se rendre compte qu'il se trompe lourdement : la Maxfield Academy est en réalité une école spéciale, entourée de grilles tranchantes comme des lames de rasoir, truffée de caméras de surveillance, où le règlement ne doit être enfreint sous aucun prétexte et où les pensionnaires n'ont aucun contact avec le monde extérieur». 

    La douche sera bien froide pour Benson qui rêvait d’une certaine stabilité en arrivant dans cette école.
    Pour avoir une existence normale…il faudra aller voir ailleurs. Le problème est de taille : il parait impossible de sortir de là, une fois qu’on y a mis les pieds.
    Maxfield Academy est une école bizarre, inquiétante.
    Pas d’adultes, trois gangs différents :
    La société, le chaos et les variants.
    Il faut choisir son groupe, il faut s’habituer, il faut survivre surtout…en attendant de fuir…peut être.
    Une atmosphère glauque, l’intrigue qui fait vaguement penser à Hunger Games, ou plus encore à L’épreuve (Pocket jeunesse).
    Des jeunes abandonnés à eux-mêmes, mais dirigés et surveillés étroitement par quelqu’un d’invisible.
    Le pouvoir, les mensonges, les secrets, la manipulation.
    Le mélange est explosif et le suspense reste d’actualité jusqu’à la dernière page.
    L’amour, l’amitié, la confiance, les mots qui n’ont pas la même signification à Maxfield Academy qu’ailleurs.
    Préparez vous à passez un excellent moment de lecture, à choisir votre clans, préparez vous de ne faire confiance à personne.
    Bienvenue à Maxfield Academy !

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    2 commentaires
  • "Ma grand-mère m'a mordu"« Ma grand-mère m'a mordu », Audren, l’école des loisirs, collection « neuf »,  janvier 2013.
    Résumé de l’éditeur : « Marcus s’est fait mordre par sa grand-mère. Elle l’a mordu. On peut encore voir la trace des dents sur son poignet. Pourtant, personne ne le croit. Une grand-mère, ça ne mord pas ! lui répondent les adultes. La preuve que si ! En plus sa grand-mère n’est même pas grondée pour ce qu’elle a fait. Sa copine Fleur est la seule à le comprendre. Elle aussi est dotée d’une grand-mère “totalement abominable“.Elle propose à Marcus de faire partie des VMV, l’association des Victimes des Mémés Violentes. Leur devise : Œil pour œil, dent pour dent… »

    Quelle fraicheur et quel humour ! Je me suis bien marré pendant ma lecture, je souriais, je gloussais…
    Et pourtant Marcus n’a pas tort.
    Le respect, ça devrait marcher dans les deux sens.
    Les enfants doivent respecter les adultes, tout le monde le dit.
    Mais les adultes (et les mémés, bien sur) devraient respecter les enfants…
    Sinon, tout est « totalement abominable ».
    Marcus aborde beaucoup d’autres sujets dans son récit.
    Divorce, les relations parent-enfant, famille recomposée (en projet…), la solitude face aux adultes qui n’accordent pas d’attention aux paroles des enfants, et même les relations belle mère- belle fille !
    Tout y passe, rapidement, mine de rien, on rigole, mais on y réfléchit après.
    Une lecture légère malgré tout, pleine d’humour et pleine des « vérités vraies ».
    Eh oui "oeil pour oeil, dent pour dentier"!!!
    Excellent !

    "La mare aux mots" en parle ICI 

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires