• L’école, les amis, les harceleurs…

    L’école, les amis, les harceleurs… Il n’y a qu’un pas, un tout petit moment qui fait que tout bascule...
    Pour la plupart d’entre nous, (enfin, j’espère) l’école, collège, lycée, c’est un bon souvenir qui reste pour des années.
    On se rappelle les fêtes, des potes dont on a oublié les noms, des bons plans, des parties de rigolade.
    On y retournerait bien…
    Mais aussi, pour la plupart d’entre nous, (vu qu’on y était bien) on ne voyait pas ceux qui restaient au second plan, qui souffraient, qui étaient mis à l’écart.
    Ou alors on les voyait mais c’était rigolo, des vannes des autres destinées aux autres.
    Ou encore on en était gênés, mais on n’osait pas d’intervenir.
    Un problème de surpoids, un bégaiement, des vêtements pas à la mode…
    Des drames invisibles, même pour les profs des fois, des moqueries encore et encore, la déprime, la boulimie, les coups, le régime, des photos sur Facebook, je deviens invisible, je me cache, je me défends, l’anorexie, la déprime, encore et encore…
    C’est dur à vivre, voir impossible à vivre.
    Des fois, des années passent avant qu’on se reconstruit, des années douloureuses, des années perdues, des années dans le noir, des années pourquoi…
    Pour en avoir un aperçu, voilà les deux livres que j’ai lu récemment, il y en a d’autres  dans le genre... à réfléchir

    Les voici :

    « Le carnet de Groku », SophL’école, les amis, les ennemis, les harceleurs…ie Laroche, éditions Hachette, parution 19 mars 2014.

    Résumé de l’éditeur : « Le jour où la photo de mes fesses a commencé à circuler, je n'ai pas pleuré. J'ai noyé ma honte dans le cacao. Deux tablettes de chocolat. Trois, pour être honnête. Puis, l'estomac au bord des lèvres, je me suis approprié cette insulte, cette vérité : "gros cul". J'ai un tout petit peu bafoué les règles d'orthographe : "groku". Ça dérange déjà moins, non ? Allez, je lui ai même ajouté une majuscule : Groku.
    "Je suis Groku", me suis-je répété. Ce même jour, j'ai créé mon blog. J'ai juste balancé en ligne la photo prise à la piscine. Et j'ai ajouté cette présentation minimaliste : "Je m'appelle Groku". »

     

    L’école, les amis, les ennemis, les harceleurs… « De la rage dans mon cartable », Noémya Grohan, éditions Hachette, 15 janvier 2014.

    Résumé de l’éditeur : "Je crois que c'est après cet épisode que j'ai commencé à mettre un mot sur ce qui m'arrivait. La solitude, le sentiment de décalage, dès le début, je les avais déjà ressentis. Le harcèlement scolaire, c'était un mot plus grave. Mais plus les jours passaient, plus l'évidence était là, sous mes yeux. Je n'étais pas qu'une élève chahutée par quelques meneurs. Beaucoup d'autres les avaient imités et me traquaient en permanence.
    J'étais devenue une cible".

     

    Et souvent, il n’y a qu’un pas, un tout petit moment qui fait que tout bascule...

    « Suzette - Un cadeau pour mamanBonhomme, caillou bleu et le fil rouge. »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    Tags Tags : , , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Jeudi 17 Avril 2014 à 11:53

    Le livre"De la rage dans mon cartable" a l'air très intéressant. Je note ses références pour l'emprunter!

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :